Available on JSTOR at: doi.org/10.2307/3334396

Abstract

Il est rare que l'on s'efforce de présenter la sculpture africaine telle que ses créateurs la voient et la ressentent. L'auteur a participé lui-même à la danse masquée des Bété de la Côte d'Ivoire. Il nous décrit le rôle du masque dans la vie de la communauté villageoise, l'organisation et l'entraînement des danseurs, enfin l'expérience physique et émotive de la danse à l'intérieur même du masque. Pour les Bété ce masque de danse est le médiateur essentiel de l'activité sociale et religieuse de la communauté et le centre de la tradition. Cette fonction permet de replacer cette danse dans l'ensemble plus général de la sculpture africaine traditionnelle.

You do not currently have access to this content.