Available on JSTOR at: doi.org/10.2307/3334373

L'art villageois du Royaume du Bénin a toujours été supplanté par l'art de la cour. Les masques du culte Ekpo représentent en plus des animaux sacrés des rites religieux Bini des personnages historiques importants – les grands chefs, guerriers, et guérrisseurs. Ce culte cherche à combattre la maladie et assurer la fécondité du village. C'est le domaine de prédilection des jeunes gens et son symbolisme reflète leurs soucis primordiaux: la guerre, la lutte pour le pouvoir, le renforcement des normes sociales, l'importance de l'épouse et de la mère. Cette danse masquée annuelle nous est décrite ici telle qu'elle a lieu dans le village d'Avbiama.

You do not currently have access to this content.