Available on JSTOR at: doi.org/10.2307/3334340

Abstract

La sculpture africaine emploie souvent et très consciemment des matériaux ayant une durée très limitée. Les sculptures de boue (terre non cuite) des Kutep au nord du Nigéria en sont un exemple qui ne manque pas d'intérêt. Consacrées à un culte qui dénonce et punit la femme adultère, il en existe deux sortes: Uta, la femelle et Utumu, le mâle. Lorsqu'il se marie, le nouvel époux amène sa femme à l'autel où sont logées ces figures et qui a été construit devant sa maison. Il leur adresse un appel pour le châtiment de sa femme par la maladie si elle a l'imprudence de commettre un acte adultère. Les figurines mâles “Utumu” dotées d'organes génitaux représentent, semble-t-il, une bête de la forêt d'espèce étrange et ambiguë encore qu'ornées le plus souvent de cornes d'antilope. De tout évidence la pratique de sacrifices rituelles devant ces figurines vise au maintien d'un état de vertu plus qu'elle n'entérine un écart de conduite.