Available on JSTOR at: doi.org/10.2307/3334271

Abstract

Un grand nombre de contes traditionnels africains sont bien connus. Ils ont déjà fait l'objet de nombreux recueils d'ethnologues. Le professeur Crowley en a rassemblés d'autres au cours de ses voyages. Leurs origines et leur mode de transmission sont beaucoup moins connus et ont provoqué des discussions intérminables et sans conclusion. C'est la culture d'une communauté en particulier qui fournit la seule explication valable du symbolisme de sa littérature. Il serait faux de croire que l'on puisse aisément traduire les symboles des contes africains pour un public occidental. Or ce n'est que lorqu'ils deviennent universels que les symboles cessent d'être esotériques. Ils permettent alors à l'observateur d'apprécier une littérature qui n'était pas la sienne. La thèse du professeur Crowley contribue à faire reconnaître le conte africain comme faisant partie de l'héritage de la culture mondiale.