Available on JSTOR at: doi.org/10.2307/afar.1968.1.4.68

Abstract

La guerre s'acharne sur ce que la jeunesse compte de meilleur. Telle est la leçon que nous avions apprise au cours de cette autre guerre maintenant lointaine, au cours de laquelle nous avons perdu Rupert Brooke et Wilfred Owen. Dans le Nigéria d'aujourd'hui une brutale guerre civile a tué l'un des poètes les plus inspirés et les plus prometteurs de l'Afrique, Christopher Okigbo. Cette élégie a été rédigée par Peter Thomas, célèbre poète britannique qui connaissait bien Okigbo alors qu'il était chargé de cours à l'Université de Nsukka. Thomas exprime le sens tragique de la perte que beaucoup parmi nous ont ressenti à l'annonce de la disparition de ce grand poète.