Available on JSTOR at: doi.org/10.2307/3334307

Abstract

De nombreux artistes africains ont fait leurs études à l'étranger où ils ont pu étudièr les méthodes et les techniques des écoles européennes des Beaux-Arts. C'est une expérience qui certes peut beaucoup leur apporter, mais elle risque en même temps de leur imposer un style étranger et artificiel. Ce problème rend très difficile l'acquisition d'une synthèse heureuse de l'art traditionnel et de l'art contemporain à laquelle l'artiste africain doit aspirer. Le sculpteur autodidacte, Felix Idubor, a su résister aux emprises de l'art occidental; il perpétue dans son oeuvre la riche tradition de sa ville natale, Bénin. Ce faisant, il met en relief l'importance de la tradition africaine comme fil conducteur de l'art du Nigéria.